author
Appelez-nous (+33) 9 87 79 97 83

Forêt à vendre de 115 ha hectare dans le Sud Est de la France

  • 1 605 000€

Forêt à vendre de 115 ha hectare dans le Sud Est de la France

  • 1 605 000€

Vue d'ensemble

  • Mandat
  • 111
  • hectares
  • Bâti
  • Essences principales
  • Pluviométrie
  • Exposition principale

Adresse

  • Adresse Saint Laurent les Bains

Description

Région

Forêt à vendre de 115 ha hectare dans le Sud Est de la France dans le département de l’Ardèche et au porte de la Lozère.  

La commune sur lequel est situé le massif est incluse dans la Sylvo-éco-région dite des « plateaux granitiques du Massif central ». Dans cette région la forêt domine avec 67% du territoire soit environ 22 000 ha. L’agriculture orientée vers l’élevage est souvent extensive.

Situation

Dans ce secteur l’altitude varie de 700 m à 1200 m sur la partie Nord du tènement.

Sur le massif, la roche mère est principalement composée de Schistes, de Micaschistes ou de Quartzites.

Dans ce secteur le climat est de type montagnard mais marqué par de nettes influences méditerranéennes.

Ainsi, les précipitations moyennes annuelles sont supérieures à 1.000 mm et la température moyenne est comprise entre 9 et 11°C.

La propriété dispose d’un plan simple de gestion (PSG) qui couvre la période 2012 – 2031.

Le document de gestion décrit, en 2012, 11 types de peuplements. Il est possible de les regrouper en 5 grandes familles

Descriptif technique

  1. Les futaies de Douglas (+/- 40 ha) pour 21.000m3 environ

Ce sont des plantations qui ont été effectuées entre les années 1960 et 1980. Elles présentent des résultats très satisfaisants. Aujourd’hui les peuplements devenus adultes présentent une forte proportion de bois de qualité « charpente ». Le diamètre à 1m30 des bois varie selon l’âge des plantations, les secteurs et l’intensité des éclaircies, de 15 à 80 cm. La moyenne étant comprise dans la classe 25 pour les peuplements de 40 ans

et dans les classes 40/45 pour ceux de 60 ans. La hauteur des bois varie entre 25 et 35 m.

Les densités de Douglas vont de 200 à 700 tiges hectares avec des volume Unitaire de 0,6 à 2,3 m3. Un important volume de bois est à récolter dès l’acquisition du massif.  

  1. Les Landes (+/- 23 ha)

On regroupe sous ce terme les zones où les plantions n’ont pas reprises, les zones rocheuses inappropriées pour la production forestière et les emprises de lignes électriques. Dans ces espaces la végétation est principalement composée de Genet à balais et de Fougère. On retrouve aussi quelques Chênes pubescent, Châtaigniers et Sureaux.

  1. Les taillis et futaies mixtes (+/- 20 ha )

Ce sont des zones dans lesquelles on retrouve un mélange de feuillus divers, de Pins et de Sapins. Une partie de ce territoire a été reboisé il y a une quarantaine d’années en Sapin de Nordmann. Rapidement, les essences endémiques comme le Hêtre, le Châtaignier ou encore le Chêne se sont développées au cœur des plantations.

  1. Les pinèdes (+/- 26 ha )

Ce sont des zones qui ont été reboisées en Pin sylvestre et Pin laricio entre les années 1960 et 1980. Elles sont exclusivement localisées sur le tènement principal. En fonction des secteurs elles présentent des résultats assez hétérogènes. Le diamètre moyen des bois se situe dans les classes 20 / 25 cm et les hauteurs sont comprises entre 3 et 16 m

  1. La futaie d’épicéa (+/- 4 ha)

Elle est uniquement présente sur le tènement principal. C’est une plantation qui est âgée d’une soixantaine d’années. Elle n’a jamais été éclaircie. Le diamètre moyen des bois se situe dans les classes 25/30 cm. Les bois ont souffert des dernières sécheresses. Localement des zones de scolytes se sont développées. L’Epicéa, dans ce secteur géographique, n’est plus en station.

Avis consultant

Notre analyse du marché des forêts :

Selon nous la progression du marché des forêts devrait se poursuivre dans les années à venir et ce pour plusieurs raisons. Depuis le début de la crise du Covid de nombreux citadins éprouvent des besoins de retour aux sources. Cela se traduit par une forte augmentation de la demande sur les terrains forestiers de petites superficies. Ensuite, le développement de l’économie du carbone va jouer un rôle dans l’augmentation des prix du foncier. Que ce soit à titre privé ou par le biais d’entreprises spécialisées, les consommateurs cherchent à compenser leurs émissions de gaz à effet de serre en plantant des arbres. Pour finir, sur le marché des forêts de grandes superficies, c’est la finance avec la création du groupement forestier d’investissement (GFI), qui va maintenir une forte pression.

Notre analyse sur le marché du Douglas :

Hormis une légère baisse du prix moyen du volume de Douglas sur pied en 2012 et 2015, on constate une évolution constante du prix entre 2010 et 2020. Le prix moyen en France est passé de 45€/m3 en 2010 à presque 70€/m3 en 2020 soit une augmentation de 55% en 10 ans.

Depuis le mois de Septembre 2020 le prix du Douglas, comme celui de beaucoup de matières premières, continue sa progression grâce à une très forte demande. A ce jour, le Douglas suscite un intérêt marqué pour la rénovation de l’habitat. Intérêt qui a démarré à la sortie du premier confinement.

Malgré l’impact économique de la crise, nombreux sont les particuliers à avoir choisi d’améliorer le confort de leur habitation et se tournent vers le Douglas dont la durabilité est appréciée en Europe et en Amérique du Nord. Le Douglas est par exemple très apprécié pour la création d’une « 5ème pièce » type piscine ou véranda.

Le bois est l’une des matières premières les plus échangées dans le monde. C’est un matériau durable dont le bilan carbone est, contrairement à beaucoup de matériaux, positif. Il est utilisé dans de nombreux domaines comme : la construction, l’ameublement, l’énergie ou encore la biochimie. Le bois répond à bon nombre d’attentes sociétales et environnementales. Globalement le chiffre d’affaire annuel de la construction bois a progressé de 13% entre 2016 et 2018. L’avenir du bois, sous toutes ses formes, semble donc être assuré.  

Avec 56% de sa surface couverte par la forêt, l’Ardèche est le département le plus boisé de Rhône-Alpes. Il existe donc localement une réelle ressource forestière. Le tissu industriel est important autour du massif. De nombreux acteurs peuvent intervenir pour exploiter les bois, c’est un atout pour faire jouer la concurrence. Le relief prononcé nécessite l’intervention « d’experts locaux » qui connaissent ces terrains. De plus, le massif est situé en altitude, dans une zone où les « épisodes Cévenols » sont intenses. Il est donc préférable d’exploiter les bois hors saison hivernale.

Concernant cette forêt, les valeurs prédominantes sont :  

La valeur rendement : la productivité des Douglas permet d’obtenir des rendements intéressants.

La valeur patrimoine : en France, les propriétés de plus 100 hectares sont très recherchées.

A chaque investisseur, son investissement. Pour en apprendre plus à ce sujet, vous pouvez lire l’article « Quel est mon profil d’investisseur ? » et effectuer le test créé par les consultants TerrAgree.

Quel est votre profil d’investisseur ? – taG Tout savoir sur l’investissement forestier et rural (terragree.com)

TerraTer est le site d’annonce du groupe TerrAgree, cabinet de conseil en investissement rural qui regroupe : 

  • Un pôle juridique et fiscal permettant de sécuriser et structurer votre investissement. 
  • Un pôle gestion forestière et rurale pour gérer la propriété et optimiser vos rendements   
  • Un pôle administratif à vos côtés dans la gestion et les différentes démarches administratives liées à votre propriété.   

Notre expérience, notre expertise et notre réseau à votre service !  

Nous contacter : +33 9 87 79 97 83 

Mail : contact@terrater.fr 

Annonces similaires

Compare listings

Comparer
Julia Reis
  • Julia Reis

Vous êtes actuellement hors connexion